Stage peche mouche et séjour de pêche

Stage peche mouche, Stage de peche a la mouche, séjour peche mouche en Bourgogne : séjours pêche jeunes adultes, stage pêche jeunes adultes, stages de pêche adultes, truite, saumon, carnassier, en Cote d'Or, Morvan et Bourgogne avec François Deline, moniteur guide de pêche professionnel.
Accueil Stage pêche de la truite

Stage pêche de la truite

Nous avons présenté dans la page « pêche de la truite et de l’ombre » les différentes techniques susceptibles d’être mises en œuvre pour la pêche de ces deux poissons. Il s’agit ici de présenter l’intérêt de faire un stage peche truite avec un moniteur guide de pêche professionnel. La présentation d’un stage peche truite au toc, à la mouche, à l'ultra-léger et au vairon manié est donc évidemment faite sans rentrer dans les détails et a avant tout pour objectif de susciter l’intérêt de recourir à l’accomplissement d’un stage peche truite pour découvrir, progresser ou se perfectionner dans ce type de pêche.

Ma flottille de quatre float tubes OutCast Fish Cat Deluxe et d'un Super Fat Cat me permet de proposer dans le cadre d'un stage peche mouche une activité de pêche à la mouche de la truite en réservoir pour donner à un séminaire entreprise pêche ou un stage père fils un aspect très ludique et sportif !!!


Ci-dessous, une grosse truite sauvage de 64 cm pour 2,4 kg prise dans la Seine le second jour de l'ouverture de la pêche de la truite en 2010 et une grosse truite sauvage du Morvan de 65 cm pour 2,750 kg prise en novembre 2013 à la tirette sur le lac des Settons lors d'un stage pêche des carnassiers.

François truite sauvage de la Seine 64 cm pour 2,4 kg

François truite sauvage Morvan 65 cm pour 2,750 kg


Stage pêche de la truite au toc :

1°) Nous évoquons en premier lieu la pêche de la truite au toc, car c’est une des techniques qui, d’un point de vue chronologique, est en général utilisée dès l’ouverture de la pêche de la truite. Elle consiste avant tout à faire dériver correctement un appât naturel (un ver de terre, un ver de berge, une teigne, un ver de farine, une larve de trichoptère…) dans la bonne colonne d’eau afin que ledit appât naturel se présente bien au poisson. Et c’est parce que l’appréhension de la dérive s’opère dans un espace à trois dimensions que cette technique demande de l’expérience.

En effet, il faut d’abord savoir « lire » correctement la rivière pour déposer son appât dans la bonne veine d’eau en commençant par celle qui est la plus proche du pêcheur et se représenter mentalement le parcours que fera l’appât en fonction de la vitesse du courant et de la profondeur variable de la rivière. Comme on peut déjà le constater à la simple lecture de ces quelques lignes, il y a plusieurs paramètres à prendre en compte : d’abord, la distance entre le pêcheur et la veine d’eau à atteindre ; ce qui suppose déjà un bon lancer ; ensuite, il convient que l’appât s’enfonce dans la colonne d’eau d’une manière verticale sous le point de chute de l’appât, sans décrire un arc de cercle ; enfin, il est nécessaire que l’appât atteigne la bonne profondeur où se situe le poisson à la bonne vitesse, c’est-à-dire à la même vitesse que le courant, ce qui suppose une bonne conduite de la ligne de la part du pêcheur en rendant du fil d’une manière graduée.

La pêche de la truite au toc présente des analogies avec la pêche de la truite à la mouche en ce que, d’une part, on peut remplacer l’appât naturel par une nymphe ou une mouche noyée à l’instar de ce que font certains grands pêcheurs au toc des Pyrénées ; et, d’autre part, pour pratiquer la pêche à la nymphe « au fil », les pêcheurs à la mouche doivent appliquer les même principes que ceux évoqués plus haut, par exemple, en adoptant la même inclinaison de la canne afin de réaliser une bonne présentation de la nymphe, etc…

Stage pêche de la truite au toc

Stage pêche de la truite au toc



Stage peche a la mouche de la truite :

2°) S’agissant en deuxième lieu de la peche a la mouche de la truite, on peut dire d’une manière globale que cette une technique qui peut être chronologiquement utilisée dès l'ouverture de la pêche de la truite en pratiquant le subtil art de la pêche à la mouche noyée dite "classique" avec un train de trois mouches et cela jusqu'à la mi-mai. Cette pêche sera plutôt réservée à des pêcheurs ayant déjà certaines connaissances en matière de pêche à la mouche. Puis, dès que les beaux jours arriveront, on privilégiera la pêche à la mouche sèche. En effet, à partir de la mi-mai et durant tout le mois de juin, on assiste aux éclosions des grandes éphémères et des trichoptères et la pêche à la mouche sèche devient un vrai régal, véritable complément de la pêche à la mouche noyée. Les truites et les hirondelles profitent de cette manne que dame nature leur offre pour emmagasiner des protéines nécessaires à leur croissance. Et c'est précisément à cette époque qu'il convient pour un pêcheur débutant d'effectuer un stage peche mouche pour s'initier dans les meilleures conditions.

Une fois l’acquisition de la gestuelle de la pêche à la mouche réalisée et le choix de la mouche déterminé, on peut presque dire que la pratique de cette technique est relativement simple, car elle s’opère non pas dans un espace à trois dimensions, mais sur un plan : la surface de l’eau. De plus, cette pêche est visuelle, dans la mesure où l’on peut repérer préalablement le poisson lors d’un gobage antérieur et qu’on le voit aspirer notre mouche lorsqu’il la gobe.

Pour finir, on dira donc que l’on ne doit avoir d’« a priori » négatif à l’égard de la pêche de la truite à la mouche, car cette technique s’acquiert avec un minimum d’efforts et il n’est pas nécessaire dans notre région d’avoir le bagage d’un entomologiste chevronné. Le sens de l’observation suffit amplement !!!

Stage pêche de la truite à la mouche

Stage pêche de la truite à la mouche


Stage pêche de la truite à l'ultra-léger et au lancer léger :

3°) En ce qui concerne en troisième lieu la pêche de truite à l'ultra-léger, nous présenterons cette technique abordée lors d'un stage peche truite à l’ultra-léger principalement sous l’angle du choix du matériel, concernant les caractéristiques de la canne, les performances du moulinet et le choix des cuillères ou des leurres en fonction du milieu pêché. Pour la pratique de cette pêche, une fois de plus il convient d'insister sur le choix d'un matériel adapté. En effet, pour propulser, par exemple, une petite cuillère de 00 (de 1,5g) un petit Tiny Fry 38 d'Illex (de 1,5g) ou une mouche plombée, j'utilise pour ma part un lancer ultra-léger Sert Trutta de Daniel Taboury (0,5 g à 1,5 g) ou un ultra-léger Jacky Boileau de 1,85 m en carbone IM6, de puissance 1,5/3 g, d'action très progressive pour ne pas dire quasi-parabolique. C'est précisément parce que cette canne a ce type d'action qu'elle permet de réaliser correctement un lancer linéaire sous la canne et de propulser à une distance tout à fait respectable et avec précision un tout petit leurre. On associera, par exemple, à ce lancer un moulinet Shimano Technium MgS 2500 affichant un poids de 220 g ou mieux encore un moulinet Shimano Rarenium C14 3000 ayant un poids de 200 g garni d'un fil de nylon de 12 centième et qui rembobine 72 cm au tour de manivelle, ce qui est un minimum mais qui convient très bien pour les rivières de Bourgogne. Un tel ensemble est parfaitement adapté pour aller chercher des truites de taille moyenne dans les petits ruisseaux du Morvan ou du Châtillonnais s'écoulant sous les frondaisons d'une forêt. Il permet également en utilisant un montage comprenant une mouche plombée de saisir les problématiques rencontrées en mouche noyée.

Cependant, le fait de recourir à du matériel adapté ne fait pas tout pour bien pêcher à l'ultra-léger. Il convient également et surtout d'avoir une bonne gestuelle pour arriver à propulser un petit leurre dans la bonne direction, à la bonne distance et au bon endroit où se trouve le poste de la truite. Et c'est là qu'intervient l'enseignement primordial du moniteur pour acquérir les différents bons lancers (lancer orthodoxe, de revers, en coup droit, etc…) et les bons gestes pour le combat qui, une fois de plus, nécessitent un réel apprentissage, car leur acquisition n'est pas naturelle. En ce sens, Pierre Barbellion - Truites, Mouches Devons- Maloine Paris 1948, au sujet du lancer léger à l'ultra-léger, pp. 803 à 1075 et plus spécialement p. 900.

On consultera avec un grand intérêt une vidéo publiée sur Youtbe le 31 mars 2015 qui m'a été indiquée récemment par un chercheur au C.N.R.S. où l'on peut voir Michel Duborgel (1907-1980) pêcher au lancer avec une cuiller, à la mouche noyée et à la laine (au toc), ainsi que Maurice Simonet (1893-1971) pêcher à la mouche sèche à vue, intitulée : "Jean d'en haut et Jean d'en bas". En fait, le titre exact du film est : Fario et les pêcheurs, réalisé par Armand Chartier, production JE VOIS TOUT, 1961/1963, durée 29 mn.

"Jean d'en Haut et Jean d'en Bas ou Fario et les pêcheurs"

Stage pêche truite lancer ultra-léger Stage pêche truite lancer léger

Il ne faut pas confondre le lancer ultra-léger avec le lancer léger dont la puissance est supérieure et qui permet de rechercher des grosses truites ou des carnassiers. A titre d'exemple, j'utilise dans ces cas, une canne Shimano Lesath de 2,10 m de puissance 10/30 g associée à un moulinet Shimano Twin Power FB 2500 (265 g) ou mieux encore un Twin Power C14 FA 2500 (250 g) garni d'un fil en fuorocarbone de 23 centième et qui rembobine 72 cm au tour de manivelle. Un tel ensemble est parfaitement adapté pour aller chercher des grosses truites de 50/60 cm ou des brochets de 70/80 cm.


Stage pêche de la truite au vairon manié :

4°) En quatrième et dernier lieu, sur le plan du matériel adapté à cette technique, j'utilise une canne à fil intérieur fabriquée artisanalement par la maison Ducos. Cette canne téléréglable est appelée dans les Pyrénées un "piquet", car elle a la particularité d'être raide. Pourquoi une canne à fil intérieur et pourquoi une canne raide ? L'intérêt de la canne à fil intérieur est précisément de permettre de se faufiler entre les branches pour pouvoir accéder à la cache de la truite sans que le fil ne s'accroche dans celles-là à la fois lors de la présentation du vairon et surtout lors du combat avec la truite. C'est ce type de matériel et cette méthode qu'utilisent les "Romanichels" (Joë Combret's : Comment pêchent les Romanis, éd. La Rivière, Paris, 1956, p. 36 et 38). La raideur de la canne intervient ensuite lorsqu'il faut soulever le poisson en bout de canne à l'issue de la lutte. Une truite d'un kilogramme, environ 45 cm, peut être alors "hélitreuillée" avec ce type de matériel. Pour le diamètre du fil utilisé, il faut donc être "cablé" avec un bon 25 centième. S'agissant maintenant de la stratégie, la pêche au vairon manié sera utile pour aller chercher les grosses truites en début de saison lorsque l'eau est froide et claire et par niveaux bas. On l'utilisera aussi en été et en pleine journée ensoleillée lorsqu'on a oublié de se réveiller tôt le matin ; dans ce cas, cette technique s'apparente plus à de la chasse, car il faut approcher les caches comme un "sioux". Dernière précision : cette technique de pêche au vairon manié est une traque au cours de laquelle on manie le vairon d'une certaine manière devant le repère de la truite afin de la voir lors de son attaque. C'est une pêche à vue qui procure de grosses émotions. Il ne s'agit pas d'un vairon monté sur une godille ou une "donzette" que l'on lance et que l'on ramène en moulinant comme avec une cuillère tournante ou ondulante. Ces derniers cas de figure relèvent de la pêche au lancer léger et non pas de la pêche de la truite au vairon manié. Il en va de même lorsqu'on lance un petit vairon de 4 cm, à peine plombé, à l'aide d'un lancer ultra-léger.

Stage pêche truite au vairon manié Stage pêche truite vairon manié