Stage Spey cast et de lancer Skagit

Un stage de Spey cast est nécessaire pour pêcher le saumon à la mouche, de même qu’un stage de lancers Skagit est utile pour pratiquer en Trout spey, Pike spey ou Perch spey.

Au 15 mai 2020, la Commission Européenne a envisagé une réouverture des frontières au 15 juin entre la France, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche. Les choses sont plus incertaines pour d’autres pays européens (Îles Britanniques, Espagne et Grèce) en raison de l’instauration d’une quarantaine. Voilà qui est de bon augure pour mon séjour de pêche de la truite à la mouche en Autriche à l’automne.

Stage Spey cast ou de lancer Spey (Spey casting) en Bourgogne :

Apprendre le Spey cast ou le lancer Spey, en Bourgogne, avec un moniteur guide de pêche professionnel, diplômé et qualifié, est le gage de partir sur de bonnes bases, dans un domaine pour le moins technique. Tout d’abord, qu’est-ce que le Spey cast ou lancer Spey ou Spey casting ? C’est une technique de lancer à la mouche particulière qui n’a pas de lancer arrière en tant que tel. Ensuite, d’où vient le Spey casting ? Le lancer Spey est une technique utilisée pour la pêche du saumon à la mouche qui s’est développée vers les années 1850 en Ecosse, sur la rivière Spey, sans doute sur le parcours de Gordon Castle Estate et de Wester Elchies (Wikipedia : « Spey casting », History : […], presumably in Gordon Castle Estate and Wester Elchies beat). Enfin, pourquoi la rivière Spey est à l’origine de cette forme de lancer particulier ? Cela tient au fait que ce fleuve est large, puissant et rapide et qu’il ne permet pas de pratiquer en wading (en marchant dans l’eau) assez loin pour avoir assez de place afin de lancer d’une manière traditionnelle au-dessus de la tête. De plus, il y a peu de berges avec des bancs de graviers à partir desquelles on peut facilement pêcher et les rives sont souvent bordées d’arbres à l’aplomb des berges. Dès lors, les pêcheurs de saumons écossais ont dû adapter un style de lancer à leur environnement spécifique. De là, naquit une technique élégante qui s’est répandue partout dans le monde et qui fait actuellement le buzz aux Etats-Unis, au Canada et au Québec. Et on ne saurait être complet au sujet des origines de ce lancer particulier, sans mentionner un homme qui fut l’un des plus grands dans l’Art du Spey Casting : l’écossais Alexander Grant (1856-1942), originaire de la vallée de la Spey, qui, durant sa vie, a codifié et a élevé à un niveau sans précédant la technique du lancer Spey.


Caractéristiques du Spey cast avec une canne à deux mains et différents types de Spey cast :

La principale différence entre le Spey cast et l’habituel lancer vertical (au-dessus de la tête – overhead) est qu’il n’y a pas de lancer arrière où la mouche va derrière le lanceur. La mouche est posée en effet à côté du lanceur lorsque le vent souffle vers l’amont — pour le simple (single) Spey — et la mouche reste devant le lanceur lorsque le vent souffle vers l’aval — pour le double Spey —. Le lancer Spey est donc avant tout un lancer sécurisé qui est utilisé lorsqu’il y a des obstacles derrière le lanceur. Outre le fait de permettre de lancer sans avoir de recul, le Spey cast présente aussi l’intérêt de pouvoir changer de direction et il nécessite beaucoup moins d’effort pour atteindre de longues distances avec un seul jet qu’un lancer classique avec de nombreuses doubles tractions.

Il y a plusieurs types de lancer avec une canne à deux mains : le lancer vertical qui est important pour pêcher sur les lisses, puis le lancer roulé (Roll cast) qui est le prélude au Spey cast. Il y a enfin le Spey cast avec toutes ses variantes : le Switch cast (le lancer Switch), le simple Spey, le Snake Roll, le lancer Skagit, le Perry Poke ; le double Spey, le Snap T, le lancer Wombat ou Wombat cast, etc… et tous ces lancers peuvent être classés en deux groupes : ceux qui nécessitent un ancrage aérien et ceux qui requièrent un ancrage flottant. C’est avec la première famille, à laquelle appartient le simple Spey, que l’on touche vraiment du doigt le caractère crucial de la synchronisation des mouvements lors de l’exécution du lancer Spey. Et c’est là que revêt déjà l’importance des conseils prodigués par un bon moniteur. En effet, selon le choix du matériel, on obtiendra un style de lancer différent : avec une canne d’action progressive/moyenne rapide + une soie WF avec profil moderne, on aura le style traditionnel/moderne américain enseigné par Simon Gawesworth et le style traditionnel/moderne écossais enseigné par Ian Gordon et Scott Mackenzie ; avec une canne d’action rapide + une tête de lancer moyenne et légère (Shooting head Scandi), on aura le style scandinave enseigné par Goran Anderson et Henrik Mortensen ; enfin, avec une tête courte et lourde (Skagit shooting head), on aura le style américain ou canadien, enseigné par Ed Ward.

Terminologie ou vocabulaire relatif au Spey Casting ou techniques de lancer spey :

Afin d’éviter quelques confusions, il nous paraît judicieux de donner quelques éléments en français et en anglais concernant les termes utilisés pour les lancers Spey ou Spey casting ou techniques de lancer spey. Un lanceur droitier (right-handed caster) tient sa canne à deux mains en positionnant sa main droite (directrice) sur la partie haute de la poignée et sa main gauche en dessous du moulinet. Un lanceur gaucher (left-handed caster) tient sa canne à deux mains en positionnant sa main gauche (directrice) sur la partie haute de la poignée et sa main droite en dessous du moulinet. Lorsqu’un lanceur droitier exécute un simple lancer Spey (single Spey) en poussant avec sa main droite directrice devant son épaule droite, il exécute un simple Spey en coup droit (forehand) et sa jambe gauche est en avant comme le ferait un joueur de tennis lorsqu’il frappe la balle en coup droit. Lorsque ce même lanceur droitier exécute un simple lancer Spey (single Spey) en poussant avec sa main droite directrice devant son épaule gauche, il exécute un simple Spey en revers (backhand ou reverse ou « cackhand ou cack-handed » [termes utilisés par les instructeurs de Spey casting] et sa jambe droite est en avant comme le ferait un joueur de tennis lorsqu’il frappe la balle en revers.

Par ailleurs, il convient de préciser qu’un lanceur droitier ou gaucher se doit en principe d’être ambidextre afin de pouvoir exécuter en coup droit n’importe quel lancer aussi bien avec sa main droite ou sa main gauche (directrice) en haut de la poignée en fonction de la rive sur laquelle il pêche. En outre, nous insistons sur le fait que tous les types de lancers évoqués plus haut (du lancer vertical, roulé, simple Spey… au Snake Roll, Perry Poke, Wombat, etc…) peuvent être exécutés avec la main droite ou gauche directrice en position de revers. Dans quel cas utilise-t-on le lancer de revers ? Un fois de plus, c’est en premier lieu dans un souci de sécurité lorsque le vent vient par exemple sur le côté droit (de travers ou en oblique) d’un lanceur droitier : soit il utilise sa main gauche comme main directrice pour effectuer son simple Spey Cast en coup droit, soit il exécute son simple lancer Spey avec sa main droite directrice en revers. C’est également en deuxième lieu, lorsqu’un lanceur droitier chevronné voudra effectuer un lancer immédiatement pêchant à l’issue d’un grand mending aérien sans avoir à changer de main pour tenir sa canne en fin de lancer. Enfin, en troisième lieu, c’est lorsque le lanceur n’est pas ambidextre et répugne à changer de main directrice pour réaliser ses lancers.

L’influence des différents styles de lancer sur l’apprentissage même du Spey cast :

Comme nous venons de l’énoncer, le choix du bon matériel pour la pêche du saumon ou de la Steelhead (Voir la page sur le choix de la canne, moulinet et soie pour la pêche du saumon et la page traitant du matériel de sécurité adapté pour la pêche du saumon) est un facteur important qui conditionne le style de lancer — au même titre de la capacité du lanceur. Il aura aussi une incidence sur l’appréhension même de la canne à deux mains par le lanceur, sur la tenue de celle-ci, ainsi que sur la position du corps et sur certains aspects de biomécanique. Méconnaître ces facteurs, c’est s’exposer à dépenser de l’argent inutilement avec de mauvais achats, avoir des douleurs tendineuses et musculaires et peut-être même renoncer à pratiquer le Spey cast. Ce qui serait vraiment dommage, car c’est la technique la plus appropriée pour rechercher le saumon ou la steelhead, étant souvent la seule autorisée à l’étranger (Voir la page sur la pêche du saumon à la mouche). En bref, sur l’accomplissement d’un stage Spey cast avec un moniteur diplômé et qualifié et de mon adhésion à l’école moderne américaine (Simon Gawesworth et Ed Ward) et à l’école moderne écossaise (Ian Gordon, consultant pour Hardy & Greys et Scott Mackenzie, concepteur de sa gamme Mackenzie DTX), je pense que ces dernières relèvent de l’adage : qui peut le plus, peut le moins. Avec l’utilisation d’une canne progressive et polyvalente (capable de charger tous les types de têtes de soie : de la Skagit Shooting Head [6 à 7 mètres], la Shooting Head de 40 ‘ [12m mètres] à la Long Belly de 75 ‘ [28,8 mètres]), on peut faire face à toutes les situations. Voici le point de vue de Simon Gawesworth, « maître instructeur » de lancer à deux mains certifié FFF (Federation of Fly Fishers/Fédération des Pêcheurs à la Mouche), sur l’acquisition du Spey cast et du lancer Skagit : les livres, vidéos et DVD donnent de l’aide, mais « il ne fait aucun doute que, pour vraiment maîtriser toute forme de lancer Spey, une leçon, un lien direct en tête-à-tête, avec un instructeur certifié est la seule façon de réussir », et d’ajouter qu’il faut ensuite pratiquer assidûment.


Stages Spey cast ou de lancers Spey casting ou de techniques de lancer Spey pour canne Switch à une ou deux mains :

Comme nous l’avons évoqué dans la page sur le choix du matériel pour pêcher le saumon à la mouche, pour apprendre le Spey cast, on peut aussi utiliser une canne Switch (En anglais, le verbe to « switch » signifie « changer » ou « se transformer ») qui est une canne à deux mains courte et polyvalente, car elle permet de lancer alternativement à deux mains ou à une main. A vrai dire, elle sera essentiellement utilisée à deux mains. Bob Meiser, facteur de canne de l’Oregon, à qui l’on attribue la paternité des cannes Switch créées vers le milieu des années 1980, énonce : « Les cannes switch sont des cannes à deux mains courtes qui offrent la possibilité d’être utilisées comme une canne à une main, si le lanceur le désire, ou si c’est un avantage de s’en servir ainsi ». Ce type de canne sera utile pour le pêcheur de truites en rivières ou en réservoirs (avec ou sans float tube), qui arrivé à un certain âge, souhaite ménager ses efforts en évitant les nombreuses doubles tractions imposées par le maniement d’une canne à une main pour atteindre une longue distance. Elle sera recherchée aussi par le pêcheur de truites de mer, de petits saumons d’été ou de steelheads qui souhaite de belles sensations et du beau sport avec un matériel plus léger. Elle pourra encore être utilisée par des pêcheurs de brochet ou de truites « marbrées ou marmorata ». Dans toutes ces hypothèses, l’utilisation d’une canne Switch avec une soie Switch ou Skagit, dont la tête de lancer est prévue pour charger une canne à deux mains, nécessite l’apprentissage du Spey cast.

Stage de lancer Skagit ou stage Skagit cast avec une canne Switch de 11′ # 7 ou une canne de 13’2 # 8 :

Le lancer Skagit (prononcé ska-jit) tire son nom de la rivière Skagit qui prend sa source en Colombie-Britannique (Canada) puis qui s’écoule dans l’état de Washington (Etats-Unis) et ce sont les guides de pêche de steelheads (truites tête d’acier — truites arc-en-ciel anadromes) de ces états ainsi que de l’Oregon qui furent les premiers partisans du lancer Skagit, avec Ed Ward comme principal protagoniste. Ce style de lancer spey, qui s’est développé récemment à partir des années 2000, est surtout utilisé pour propulser de grosses mouches avec des pointes plongeantes rapides, dans un environnement avec peu de recul pour lancer. On a donc créé des têtes flottantes courtes avec une masse volumique importante procurant une grande puissance de levage afin de pouvoir arracher une grosse mouche profondément immergée. Mais QUELLE LONGUEUR doit avoir l’ensemble d’une tête Skagit pour satisfaire ces objectifs ? Il est admit que la longueur totale d’une ligne de lancer Skagit complète doit être comprise entre 3 et 3 fois 1/2 la longueur d’une canne. Par exemple, pour ma canne Loomis GLX Switch de 11′ # 7 de 3,35 mètres, la totalité de la ligne Skagit pourra être comprise entre 10 et 11,75 mètres environ. Ainsi, une tête de lancer flottante Rio Skagit Max Short de 6,1 mètre pourra être complétée par une Pointe de Remplacement plongeante S6 de 3 mètres et une pointe en fluorocarbone d’1 mètre (total 10,1 mètres) pour pêcher creux avec un streamer. Ou bien, elle pourra être complétée par une Pointe de Remplacement flottante de 3 mètres, avec un polyleader Intermédiaire d’1,5 mètre et une pointe de fluorocarbone d’1 mètre (total 11,6 mètres) pour pêcher en noyée. Ou bien encore, elle pourra être complétée par une Pointe de Remplacement flottante de 3 mètres, avec un bas de ligne flottant de 3 mètres (total 12,1 mètres) pour pêcher en sèche, etc… Pour la masse d’un tel ensemble, nous renvoyons à la page consacrée aux cannes à deux mains et au paragraphe : « Comment choisir une tête Skagit avec sa pointe pour une canne à deux mains ».

Maintenant, s’agissant des principaux lancers Skagit : double spey Skagit, snap T Skagit, lancer Wombat ou Wombat cast, coup Perry Poke ou lancer de (Carl) Perry, le « lancer Skagit » selon Ed Ward, etc… il ressort que la spécificité du matériel que nous avons présenté impose un timing adapté, avec des ancrages flottants particuliers. Il en est particulièrement ainsi pour le lancer Wombat. Qu’est-ce que le Wombat cast ? Quand et pourquoi est-il utile de l’utiliser ? Le lancer Wombat est une combinaison de trois lancers pour réaliser au final un « square cast » à 90° ou un lancer à angle droit : on débute par un Snap T pour un premier ancrage juste en dessous du lanceur ; puis on enchaine avec un Perry Poke pour un second ancrage un peu au dessus du lanceur et enfin on fait un Switch cast perpendiculaire à la berge. On utilise le lancer Wombat quand on n’a que très peu de recul derrière soi et parce qu’il serait difficile d’ancrer correctement la courte tête de la ligne Skagit à l’issue d’un seul lancer. En effet, l’« effet centrifuge » résultant de la rotation du lanceur durant le balayage (le « sweep ») à tendance à faire déraper ou décrocher l’ancrage. C’est pourquoi l’on décompose ce lancer « bizarre » en plusieurs étapes pour le réaliser. Comparativement, un lanceur avec une ligne Spey traditionnelle Short ou Mid belly de 16,8/19,8 mètres pourrait ancrer directement en « square cast », mais il lui faudrait beaucoup de place pour réaliser un profond D Loop. Or, dans l’occurrence envisagée, il n’y a pas de recul, et donc le lancer classique ne pas pas être exécuté. Enfin, ultime raffinement procuré par le matériel Skagit au lanceur lors de la troisième étape : il peut remplacer le Switch cast par un lancer simple Spey avec changement de direction vers l’amont. Ainsi, il pourra pêcher à la technique de la « Patente » ou au « Patent fishing » comme le Québécois Jean-Paul Dubé l’évoquait dans ses ouvrages sur le saumon, en laissant dériver sa grosse mouche ou en strippant son streamer sur une longue dérive. Dernière précision, Ed Ward décrit le « lancer Skagit » en sept étapes de base : 1°) Hang down, 2°) Pick up, 3°) Set, 4°) Sweep, 5°) 45° thrust, 6°) Turnover, 7°) Casting stroke. Pour mettre cela en pratique les pieds dans l’eau, je vous invite à venir en Bourgogne à l’occasion d’un stage de lancers Skagit ! Et une fois les bases acquises, vous pourrez faire un stage de pêche du brochet à la mouche avec de gros streamers ! En cliquant sur François DELINE’s Blog, vous saurez aussi pourquoi il peut être utile d’utiliser un équipement Skagit Pike Spey pour pêcher le brochet à la mouche avec de grosses mouches.

Stage de lancer Skagit avec un équipement « truite » TROUT SPEY ou MICRO SPEY (canne Switch de 11′ # 3)

Depuis peu, sont apparues sur le marché français des cannes à deux mains assez légères pour pêcher la truite ou l’ombre en grandes rivières ou en réservoirs. En fait, ce sont des cannes Switch dont la taille idéale est de 11′, mais 10’6 ou 11’3 pieds convient également pour pouvoir être utilisées principalement à deux mains, mais aussi à une main. Leur puissance est de # 2 (230 grains = 14,9 g) ou de # 3 (265 grains = 17 g) selon la norme AFFTA des cannes à deux mains. Pour les marques de canne et les soies destinées à charger ce type de matériel, je renvoie à mes développements sur les cannes à deux mains légères « truite » Trout Spey ou Micro Spey pour pêcher la truite ou l’ombre. A qui est destiné ce genre de produits spécifiques ? Avant tout aux SENIORS pour qui la sénescence entraine des problèmes articulaires au niveau des épaules et qui souhaitent alors s’économiser en pêchant à la mouche en réservoirs ou en grandes rivières. Cet équipement « truite » Trout Spey ou Micro Spey, qui permet en effet d’atteindre de belles distances avec un seul lancer en pratiquant en Spey cast ou en lancer Skagit, évite précisément de faire les fastidieuses doubles tractions imposées par l’emploi d’une canne à une main. En outre, il autorise à faire des lancers en ayant très peu de recul derrière soi ou en étant tranquillement assis dans son float tube.

Parmi les lancers Skagit qui pourront être utilisés, on aura bien sûr les lancers à ancrage flottant type Double Spey, Snap T, Perry Poke, Wombat… mais aussi les lancers à ancrage aérien comme le simple Spey cast avec changement de direction ou le lancer switch sans changement de direction, le Snake Roll. Ainsi que les lancers sans ancrage, comme le lancer « overhead » (lancer par dessus la tête ou vertical classique) et le lancer « underhead » (lancer oblique où la mouche passe à côté du lanceur) qui ne doit pas être confondu avec le lancer « underhand cast » [lancer main basse]. Cette dénomination en langue anglaise, d’ailleurs, dans sa traduction littérale « sous la main » ne veut pas dire grand chose, puisqu’elle désigne le lancer Scandinave qui est obtenu par l’action principale à 70% de la main inférieure lors du shoot avant. On aura enfin le lancer roulé avec des profils de soie spécifiques. En cliquant sur François DELINE’s Blog, vous en saurez davantage sur la question de savoir pourquoi est-il judicieux de pêcher avec une canne à deux mains « truite » Trout Spey ?